Comité stéphanois

Le blog du comité stéphanois a maintenant cessé ses activités depuis mai 2013.

05 juin 2013

La Société du Spectacle

La société du spectacle (1967)

La Société du Spectacle, de Guy Debord, 1967.

Extrait n°1 : C'est l'unité de la misère qui se cache sous les oppositions spectaculaires. Si des formes diverses de la même aliénation se combattent sous les masques du choix total, c'est parce qu'elles sont toutes édifiées sur les contradictions réelles refoulées. Selon les nécessités du stade particulier de la misère qu'il dément et maintient, le spectacle existe sous une forme concentrée ou sous une forme diffuse. Dans les deux cas, il n'est qu'une image d'unification heureuse environnée de désolation et d'épouvante, au centre tranquille du malheur.

Extrait N°2 : L'illusion léniniste n'a plus d'autre base actuelle que dans les diverses tendances trotskistes, où l'identification du projet prolétarien à une organisation hiérarchique de l'idéologie survit inébranlablement à l'expérience de tous ses résultats. La distance qui sépare le trotskisme de la critique révolutionnaire de la société présente permet aussi la distance respectueuse qu'il observe à l'égard de positions qui étaient déjà fausses quand elles s'usèrent dans un combat réel. Trotsky est resté jusqu'en 1927 fondamentalement solidaire de la haute bureaucratie, tout en cherchant à s'en emparer pour lui faire reprendre une action réellement bolchevik à l'extérieur (on sait qu'à ce moment pour aider à dissimuler le fameux "testament de Lénine", il alla jusqu'à désavouer calomnieusement son partisan Max Eastman qui l'avait divulgué). Trotsky a été condamné par sa perspective fondamentale, parce qu'au moment où la bureaucratie se connaît elle-même dans son résultat comme classe contre-révolutionnaire à l'intérieur, elle doit choisir aussi d'être effectivement contre-révolutionnaire à l'extérieur au nom de la révolution, comme chez elle. La lutte ultérieure de Trotsky pour une IVe Internationale contient la même inconséquence. Il a refusé toute sa vie de reconnaître dans la bureaucratie le pouvoir d'une classe séparée, parce qu'il était devenu pendant la deuxième révolution russe le partisan inconditionnel de la forme bolchevik d'organisation.

Extrait n°3 : Du romantisme au cubisme, c'est finalement un art toujours plus individualisé de la négation, se renouvelant perpétuellement jusqu'à l'émiettement et la négation achevés de la sphère artistique, qui a suivi le cours général du baroque.

Posté par comitestephanois à 14:54 - Livres - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 décembre 2012

La dialectique peut-elle casser des briques (René Viénet, 1973)

La Dialectique peut-elle casser des Briques (René Viénet, 1973)

Posté par comitestephanois à 07:46 - Films - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 novembre 2012

Conspirer

Conspirernet

 

Posté par comitestephanois à 15:46 - Affiches - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 novembre 2009

Inventin

Bani_re_Inventin

Posté par comitestephanois à 16:18 - Liens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 août 2009

La java des bons enfants

La java des bons enfants - sur l'attentat d'Emile Henry à la fin du XIXième siècle / Guy Debord & Francis Lemonier (1973), interprété ci-dessus par Les amis d'ta femme : Dans la rue des Bons-Enfants, On vend tout au plus offrant, Y’avait un commissariat Et maintenant, il n’est plus là. / Une explosion fantastique N’en a pas laissé une brique. On crut qu’c’était Fantômas Mais c’était la lutte des classes. / Un poulet zélé vint vite Y porter une marmite Qu’était à renversement, Et la r’tourne imprudemment. / Le brigadier, l’commissaire, Mêlés au poulet vulgaire, Partent en fragments épars Qu’on ramasse sur un buvard. / Contrairement à c’qu’on croyait, Y’en avait qui en avaient. L’étonnement est profond : On peut les voir jusqu’au plafond ! / Voilà bien ce qu’il fallait Pour faire la guerre au palais. Sache que ta meilleure amie, Prolétaire, c’est la chimie ! / Les socialos n’ont rien fait Pour abréger les forfaits D’l’infamie capitaliste, Mais heureusement vient l’anarchiste. / Il n’a pas de préjugés. Les curés seront mangés. Plus d’patries, plus d’colonies, Et tout le pouvoir, il le nie. / Encore quelques beaux efforts, Et disons qu’on se fait fort De régler radicalement L’problème social en suspens. / Dans la rue des Bons-Enfants, Viande à vendre au plus offrant. L’avenir radieux prend place Et le vieux monde est à la casse.

Posté par comitestephanois à 18:39 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Chanson du CMDO

Chanson du CMDO (Conseil pour le Maintien Des Occupations) - Louis Aragon et Jacques Douais (?) / Détournement de Alice Becker-Ho (mai 1968) : Rue Gay-Lussac, les rebelles N'ont qu'les voitures à brûler. Que vouliez vous donc, la belle, Qu'est ce donc que vous vouliez ? / Refrain : Des canons par centaines, Des fusils par milliers, Des canons, des fusils, Par centaines et par milliers / Dites moi comment s'appelle Ce jeu-là que vous jouiez ? La règle en parait nouvelle, Quel jeu, quel jeu singulier ! / Refrain / La révolution, la belle, Est le jeu que vous disiez. Elle se joue dans les ruelles, Elle se joue grâce aux pavés. / Refrain / Le vieux monde et ses séquelles, Nous voulons les balayer. Il s'agit d'être cruel, Mort aux flics et aux curés. / Refrain / Ils nous lancent comme grêle Grenades et gaz chlorés; Nous ne trouvons que des pelles, Des couteaux pour nous armer. / Refrain / Mes pauvres enfants dit-elle, Mes jolis barricadiers, Mon coeur, mon coeur en chancelle Je n'ai rien à vous donner. / Refrain / Si j'ai foi dans ma querelle Je n'crains pas les policiers. Il faut qu'elle devienne celle Des camarades ouvriers. / Refrain / Le Gaullisme est un bordel, Personne n'en peut plus douter. Les bureaucrat's aux poubelles, Sans eux on aurait gagné. / Refrain / Rue Gay-Lussac, les rebelles N'ont qu'les voitures à brûler. Que vouliez vous donc, la belle, Qu'est ce donc que vous vouliez ? / Refrain.

07 août 2009

La vie s'écoule, la vie s'enfuit

La vie s'écoule, la vie s'enfuit - sur la grève générale de l'hiver 1960-61 / Raoul Vaneigem & Francis Lemonnier  (1961) : La vie s'écoule, la vie s'enfuit Les jours défilent au pas de l'ennui Parti des rouges, parti des gris Nos révolutions sont trahies / Le travail tue, le travail paie Le temps s'achète au supermarché Le temps payé ne revient plus La jeunesse meurt de temps perdu / Les yeux faits pour l'amour d'aimer Sont le reflet d'un monde d'objets. Sans rêve et sans réalité Aux images nous sommes condamnés / Les fusillés, les affamés Viennent vers nous du fond du passé Rien n'a changé mais tout commence Et va mûrir dans la violence / Brûlez, repaires de curés, Nids de marchands, de policiers Au vent qui sème la tempête Se récoltent les jours de fête / Les fusils sur nous dirigés Contre les chefs vont se retourner Plus de dirigeants, plus d'État Pour profiter de nos combats.

Posté par comitestephanois à 16:30 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine Chants révolutionnaires Liens
« septembre 2019 
dimlunmarmerjeuvensam
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30      
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires